Rechercher dans ce blog

samedi 26 décembre 2009

Twittage nocturne ou pétage de plomb



Je vous parlais récemment de mon envie récurrente de twittér... Et bien, je me rends compte cette nuit que cette envie devient irrépressible à certains moments inopportuns du mois. En atteste la présente note, écrite par votre humble serviteur(se ?), à deux heures du matin, du fin fond de sa chambre d'hôtel turque et noire... Alors, j'ai envie de twitter quand :

1.C'est le mauvais moment du mois, que je suis gonflée comme une baudruche ou plutôt une brioche Vahinée cuisinée avec des sels de bain de la Mer Morte, qu'évidemment je pleure sur l'épaule de Jules pour lui dire que j'ai envie de mourir tellement je me trouve pas belle, pas jolie et qu'il me répond : « T'inquiètes pas, tu t'es un peu laissée allée sur les loukoums, mais tu feras un petite cure régime + sport en rentrant et ca ira mieux (sûrement)... ». Pour le moment, en tout cas, ca va pas mieux parce que non seulement, je me sens pas jolie pas belle, mais en plus je me sens gonflée-énorme...

2.C'est le mauvais moment du mois, que je tourne en rond dans le lit parce que la témpérature de mon corps a eu la bonne idée de grimper de 35 degrés et que Jules me le rappelle à chaque instant en ronflant paisiblement dans mon oreille l'équivalent de la symphonie du Nouveau Monde jouée par l'orchestre philarmonique de Chine. Ce qui tombe bien, c'est qu'un moustique mutant turc a décidé de fredonner dans mon autre oreille le sort qu'il me réserve (en exclusivité, cela va de soi, s'il en gardait un peu pour Jules qui pourrait alors avoir un peu d'empathie pour moi demain matin au lieu de se taper indécemment Morphée à mes côtés, ce serait trop beau). A force de me gifler pour essayer de le faire taire et de me cogner sur les os de Jules pour qu'il cesse lui aussi - le tout évidemment sans succès -, je suis obligée de m'avouer vaincue, gonflée et boursoufflée.

3.Le mauvais moment du mois tombe évidemment pile le jour de mes vacances que j'avais réservé pour m'offrir le luxe ultime d'un hammam-gommage-massage traditionnel turc. Je renonce l'âme en peine, et essaye de me consoler en lisant le papier de vogue.fr sur les prochaines tendances maquillage... Le tout pour découvrir des esquisses en noir et blanc... Je suis dubitative, jusqu'au moment où j'arrive à la page sur le blush et qu'on m'explique que « Toujours dans un esprit lumineux, le visage se pare de tons abricot ou rose pale sur les pommettes ». La photo elle me montre une morte-vivante à la bouche noir et au teint livide. J'ai dû mal comprendre l'effet de style... Mais tient Jules vient justement d'en rajouter une couche en recommençant à ronfler.C'est sûr, cette fois-ci, je me sens gonflée, boursoufflée et aux bords de la crise de nerfs...

A noter pour le mois prochain : se créer un compte twitter, et pourrir le forfait de Jules pour vous faire part de mes états d'âmes nocturnes... L'intérêt sera tellement limité, mais le défouloir tellement bon...


Photo : Jupiter / DR

1 commentaire:

  1. Jules ne ronfle pas, il chante un hymne guttural par le nez

    RépondreSupprimer

J'attends vos retours inspirés. Laissez-vous tenter !