Rechercher dans ce blog

dimanche 5 septembre 2010

Message d'absence

Il y a des jours comme ca où on est obligés de se rendre à l'évidence... Impossible en ce moment de vous fournir autant de notes beauté que je le souhaiterais. Je me maudis, m'arrache les cheveux, m'en mords les lèvres... et surtout vous dit que je ne vous laisse pas en plan. Vanity reprend du service dès début octobre. Là j'hiberne, je réfléchis, je travaille trop et surtout, je vous dis à très vite !

mercredi 11 août 2010

Vanity in Candyland Episode 2 : Le spa, c'est comme du gâteau aussi : c'est doux, c'est délicieux... et c'est calorique.


J'ai eu, lors de mon passage express à Brighton, la chance de tester un spa absolument délicieux (ou lovely, comme dirait les Anglais) et son rituel tout aussi goûteux : le Afternoon tea massage du Lansdowne Place Spa.

Alors évidemment, je suis arrivée au spa avec tout mon tasd'idées préconçues habituel : « Qu'est-ce qu'il ne faut pas inventer ? Les Anglais n'ont aucune tradition de massage... Forcément, ca va être tout naze.Un soin d'une heure, ca ne sert à rien, on n'a pas le temps d'en profiter... » Et bien une fois n'est pas coutume, j'ai dû remballer ma langue et mon orgueil vite fait bien fait.

Au sous-sol d'un hotel 3 étoiles, un spa sans prétention, à la déco feng shui-occidentalo-oriental. Alors évidemment, vous allez me dire « mouaif.. ». Sauf que mine de rien, penser un spa qui ne soit ni guindé au point où on n'ose pas s'asseoir sur les bancs du hamman de peur de le souiller, ni trop minimaliste effet « tout ça pour ça, j'aurais aussi bien pu rester chez moi »... Ca ne se trouve pas partout.

Après une heure et des poussières de sauna, hammam, coupe de champagne et sieste sur les fauteuils longs de la salle de relaxation - qui a demandé le grand effort intellectuel de l'après-midi à savoir fauteuil en tek dans le coin ambiance cottage anglais ou fauteuil en velours du boudoir feng shui ? -, direction la salle de soin.

Au programme : 45 minutes de massage du dos et du cou, un soin bio revitalisant du visage. Jusque-là rien de bien neuf sous le soleil, me (re)direz-vous ? Peut-être, sauf qu'ici, contrairemement à ailleurs, j'ai eu droit à un vrai soin personnalisé et je n'ai pas eu l'impression d'être un numéro sur la table du fromager. Mon problème : j'ai le dos noué comme du bois à cause du stress. La solution : Kelly, ma masseuse, défait petit à petit chaque contraction musculaire, en forçant bien comme je lui ai demandé . Mon problème : ma peau mixte est pourrie et le soin hydratant de la formule est voué de ne pas lui convenir. La solution : Kelly change le masque et applique in fine une crème de jour plus adaptée... Je suis sur mon petit nuage.



Mais l'apogée de la félicité ne vient qu'une fois rhabillée. Ici, pas question de vous laisser filer après le soin. Assise sur un canapé très British, j'ai à peine le temps de dire « Sigh ! » que voilà sur la table basse thé à la crème, rimbabelle de mini clubs sandwich, sablés, chous à la crème, cake au chocolat et au citron, scones et fraises (question d'avoir un des cinq fruits et légumes du jour). Résultat : un goûter gargatuesque, une culpabilité noyée dans les vappes du post-massage et 4 heures de plaisir intense pour un soin qui ne durait sur le papier qu'une heure... So, so lovely; je vous dis !

Les infos en plus :
Rituel Afternoon tea au Lansdowne Place Spa.
Accès espace sauna/hamman, soin et massage d'une heure et thé - qui n'a de nom que le thé parce qu'en réalité c'est un über-goûter.
Prix : 75 £
Note : 9/10


Photos Vanité(s) Case + 3000 kcal alors pour la peine, je vous offre un verre en plus...

lundi 9 août 2010

Vanity in Candyland Episode 1 : Les cosmétiques, c'est comme un gâteau, plus y'en a, plus t'en prends... plus tu te sens coupable.

Ce week-end, je suis partie à Brighton en Angleterre, et je vous ai rapporté quelques perles. A découvrir tout au long de la semaine !



Ce qui est bien quand on part en Angleterre, c'est qu'on peut s'attendre au meilleur comme au pire.

Exemples du pire :

- le welsh rarebit, comprendre le pain perdu du saoulard où le crouton moisi rencontre le cheddar et la bière dans un bain de calories.
- la mode de la microsalopette portée nue avec un soutien-gorge fluo.

Côté meilleur :

- la téléréalité improbable : a voir absolument Snog Marry Avoid ou l'art du délooking. Prenez une blonde péroxydée et imbibée de Guiness qui sort habillée de ses seuls cache-tétons, dégrimez la, rhabillez la, et mettez la devant le miroir pour qu'elle se rende compte de ce à quoi elle ressemble vraiment... Puis partez en la laissant pleurer.

- les cosmétiques... et pas n'importe lesquels : le maquillage et autres produits à déguster à l'heure du goûter.

Prenez quelques gloss parfum tarte à la crème, tarte aux fraises, brownies ou glace aux cookies, mélangez à une pincée de disques dissolvants de vernis à la vanille, remuez vigoureusement avec un bon coup de lingette rafraîchissante cupcake parfum fraise et vous voilà équipée d'un vanité très sucré...

Trop, me direz-vous ? Pour être tout à fait honnête, le gloss à la glace a plutôt la consistance d'un beurre fondu qu'on aurait remis au frigo en se disant que ce serait trop bête de « gâcher » et les lingettes cupcakes rappellent, à l'ouverture du paquet, ce jour où une personne peu avertie (peut etre moi, peut-être quelqu'un d'autre) a mangé des fraises tagada à s'en rendre malade et fini la nuit au-dessus du bidet. Reste que finalement, on n'attend pas de ces trésors de / au bon goût d'être du Lancôme ou du Chanel. Mais juste de nous édulcorer le moral et de donner envie d'y goûter une fois appliqué. Le verdict de Jules après le glosss à la tarte à la crème : un très fin « et on peut en appliquer ailleurs ? ». Un peu écoeurant oui, mais le pari est gagné !


Photo Vanité(s) Case + 560 calories (J'ai calculé : 16,8 kcal le jelly beans, 170 kcal le rouleau de wine gums + les chips qui sont pas sur la photo)


Les infos en plus :
- Lot de 4 gloss gateaux Naughty but Nice, 8£50
- Gloss Everybody Loves Icecream, 2£45
-  Disques démaquillant ongles Cupacake Vanilla, 2£00
- Lingettes rafraîchissantes Cupcake Strawberry, 1£25
Le tout par Natural Products LTD, www.npw.co.uk


Et pour vous en passant, un petit extrait de ce que la télé anglaise fait de plus... extraordinaire (entendez hors de l'ordinaire)

mercredi 4 août 2010

Mon premier bain Océanien...


Jusqu'à présent, je m'étais toujours trouvé tout un tas d'excuses pour ne pas quitter Paris et m'expatrier sur une île presque déserte en Océanie. Au choix : j'adore mes deux heures de métro du soir en pleine canicule, debout à côté de ce petit Monsieur qui souffre de la prostate ; je mourrais sans ces petites dames qui roulent sur vos pieds avec leur caddie le samedi matin de marché et qui s'en prennent à vous quand vous ripostez sur leur bichon frisé ; en Océanie, c'est des buses de la beauté...

Et bien, depuis la semaine dernière, mes petites certitudes sont ébranlées : Les Océaniens savent faire de leurs mains des choses utiles (pour mon petit corps). La preuve : deux soins découverts récemment et qui me frustrent dans mon habitude d'avoir toujours raison.

1.Un gommage fijien directement importé par ma copine Gallou (nous la nommerons ainsi pour préserver son anonymat, ses hautes fonctions onusiennes ne lui permettant pas d'avoir d'aussi basses considérations que mes guibolles). Bonté divine ai-je jamais tâté une telle perfection ( = gommage pas copine, on s'entend) ? Le Coconut scrub de Pure Fiji pour ne nommer que lui, est une pure merveille : des gros grains de sucre qui viennent vraiment désincruster tous ces maudits poils incarnés (et m'éviter par la même occasion une engueulade de mon esthéticienne Body Minute, autre argument  massue) et surtout de l'huile de noix de coco qui laisse la peau hydratée toute la journée, tout en me permettant de sentir la petite fleur (là encore, argument de poids, surtout en période de grosse chaleur). Seul hic : le pot en plastique pas hyper pratique à l'utilisation, mais finalement le produit est tellement bien qu'on lui pardonne. Par contre, pour s'en procurer, faudra passer commande et attendre que la Gallou délaisse à nouveau ses cocotiers. Faites moi savoir !

2.Autre petit bonheur des iles à avoir récemment atteri dans ma salle de bain : la crème nourrissante corps Macadamia de Ostraly. Un peu moins exotique (on la trouve dans les rayons bio et en vente en ligne), elle est tout aussi sympa : senteur très légère, ultra nourrissante, elle aussi, elle est devenue mon must post-piscine. Reste qu'il faut prendre son temps pour la faire pénétrer dans l'épiderme chloré mais, à mon sens, ca fait partie du charme...

Verdict :s'il n'y avait pas le Monsieur qui souffre de la prostate et la petite mamie et son caddie, je serais presque prête à admettre que j'ai eu tort !

Les infos en plus :
Crème nourrissante Macadamia bio de Ostraly, 26,30 euros
achat en ligne sur : http://www.ostraly.com

Photo : Vanité(s) Case

dimanche 1 août 2010

Fish Pédicure au Rufafishspa : coupez court au bouillon


Chose promise, chose due... Après près de deux mois d'efforts incommensurables (harcèlement téléphonique, rejets insupportables, pleurs, frustrations et cris en tout genre), j'ai enfin réussie une mission déclarée presque impossible à Paris depuis quelques mois : décrocher un rendez-vous au Rufafishspa.

Pourquoi tant d'obstination dans cette mission kamikaze ? Simplement, car comme son nom l'indique, le rufashipspa est le seul endroit de la capitale où l'on peut s'offrir une fish pedicure, à savoir, se faire grignoter les peaux mortes dans un bac à poissons anthropophages ou presque. Résultat... mitigé. Quelques éléments d'explication.



Sur le papier - et au moment de l'immersion - le soin est plutôt sympa : un bain de pieds aux petits oignons - oups poissons - les rufa, mini friture originaire de Turquie et employée notamment pour soigner certaines maladies de peau à l'image de l'eczema ou du psoriasis. Suivi évidemment d'une pédicure, le tout pour sa somme plutôt abordable de 50 euros.  Le pied...


Sauf que voilà, sur place, c'est plutôt ambiance Lidl que spa. La déco laisse un peu à désirer (si vous êtes passée dans une boutique Lush une veille de Noël, vous cernez le tableau) avec une équipe qui visiblement fait la course contre la montre pour tenir le rythme imposé par le succès du lieu. Je ne m'attendais pas à des miracles mais j'ai tout de même été surprise par l'acceuil "rentrez-desinfectez-plongez-deplacez vos petites fesses-manucurez-dégagez"... Etrange qu'on ne m'ait pas demandé de prendre un numéro. Et dans ce temple du bien-être express, même les poissons ont l'air un peu blasé. La preuve : mes voisines de bac ont eu la malchance de tomber sur des rufa visiblement trop repus qui n'ont pas daigné venir leur sucer les orteils (bon l'histoire finie bien : changement d'aquarium et poissons affamés finalement au rendez-vous).

Verdict après 45 minutes de soin dont une bonne demi heure les pieds dans l'eau : la surprise et les chatouillis sont bel et bien là, l'équipe plutôt sympa mais par contre, pour le petit goût de reviens-y... on reviendra (ou pas). Dommage !

Les infos en plus :
Fish Pedicure complète au Rufafishspa
Prix : 49 euros
3, rue des fossés St. Jacques
75005 Paris
N'oubliez pas de réserver longtemps à l'avance (une bonne quinzaine de jours en période de pointe)
http://rufafishspa.com/

Photos : Vanité(s) Case

vendredi 30 juillet 2010

Nail Art : dites non à la caissière qui sommeille en vous


Il y a des tendances comme ça, où il faut savoir dire non... Et cette semaine, je vous propose de niez haut et fort le nail art qui est censé pulluler sur nos mimines à partir du mois de septembre... Pourquoi ? Je vois, de mon côté, au moins 3 bonnes raisons :

1. L'ongle carré n'est pas pilo-friendly : A en croire le dernier défilé Ylan Anoufa, le bon goût de l'automne voudrait que l'on oublie nos jolis ongles ronds pour leur faire une coupe au carré (voire au rectangle, mais là, je ne saurais même pas relever). Le hic : quand on a comme moi, un Jules qui n'a de qualité plus douce que sa couverture pileuse, on ne peut pas prendre le risque de rester coincer, de s'emmêler ou de créer tout autre mélodrame masculin (car Dieu sait que quand l'homme estime souffrir, il le verbalise de manière ostentatoire, comme en atteste tous ses rhumes hivernaux). C'est comme ça, entre le poil et l'ongle, il faut choisir... et mon choix est tout fait.


2. L'ongle surpeint nous rappelle qu'on a des comptes à régler avec notre mère : Au-delà du fait que maman aura sûrement un commentaire très malvenu sur le fait que nos ongles stars & stripes font caissière de supermarché picarde,  prendre le risque d'avoir des ongles arty, c'est aussi se faire un rappel constant de l'injustice génétique. Si maman vous a légué ses doigts boudinés, sa propension à faire de  la rétention d'eau (et ses varices, bisous maman), mieux vaut faire profil bas et ne pas pavaner avec ses Herta de doigts (comprendre petits saucissons manucurés. Merci au blog beauté de Be de m'en donner l'illustration parfaite).

3. L'ongle graffé, c'est le nouveau tye & dye (jaune) : vous savez, ces tendances réminiscence des années 80 où l'on finit par se convaincre soi-même que c'est cool juste parce que c'est vintage, qu'on en revoit partout et qu'après tout ca pourrait presque nous aller au teint même si on a sa mine verte de l'hiver. Sauf que voilà, au risque de vous décevoir, même dans les années 80, le tye & dye jaune, c'était déjà effroyable et ça n'allait déjà à personne ...


Le débat est lancé, j'attends vos arguments de pied ferme !


Photos : défilés Ylan Anoufa / http://www.be.com/groupes/beaute/be-trendy-86706/articles.html

mercredi 28 juillet 2010

On ne dit pas « mais t'as pas déjà 212 paires ? », on dit « tu es si attentionnée du soulier »


Lundi, 12 h 30, coup de fil de Jules...
« J'ai reçu un paquet pour toi au bureau... Me dis pas que c'est encore une paire de chaussures ! »

Réflexion à moi-même : Tu as exactement 30 secondes pour trouver la bonne répartie, au risque de devoir faire le tri dans tes anciennes chaussures (pourtant devenues collector) pour justifier ton nouvel achat :
  1. Stratégie de très, très court terme, nier en bloc : « Noooooooooooooooooooooooooooooon, c'est toi qui imagines des trucs, c'est une surprise pour toi ». Résultat : peu crédible, solution abandonnée.

  2. Stratégie de très court terme, accuser l'homme : « Oh c'est bon hein, c'est pas comme si toi t'avais pas acheté une 232eme chemise bleue à fine rayure blanche ». Résultat : Jules est fauché, solution tout bonnement impossible et donc abandonnée

  3. Stratégie de court terme, changer de sujet : « Ah bon, toi t'as reçu une lettre des impôts ». Résultat : potentiel irratibilité décuplé, solution abandonnée.

  4. Stratégie de moyen terme, apâter le chaland : « Peut-être, mais c'est uniquement des talons de 12 pour me mettre toute nue dedans ». Résultat : solution fantasmatique optimale mais à abandonner en période de forte canicule (comprendre bouffées de chaleur / jambes lourdes / libido réduite à néant).

  5. Stratégie de long terme, être pédagogue : « Oui monsieur tout à fait ! Mais sache que suite au décès tragique d'Alexander Mcqueen, il était absolument indispensable de lui tirer une dernière fois mon chapeau bas, le tout à pensant à l'équilibre de nos finances ménagères. Ces escarpins hommage ont été achetés en soldes, tu sais. C'est pour notre bien à tous les deux. »  Résultat : Solution adoptée.

Je passerai ici sur la réponse laconique de Jules (« raaaaa, tu m'emmerdes ! Tu sais que je crains vraiment pour ta santé mentale...») pour vous rappeler Messieurs, que non seulement votre douce n'a JAMAIS assez de souliers (notez qu'il vaut mieux éviter le terme avilissant de chaussures), mais aussi que tout ces achats sont faits dans une démarche purement altruiste. Tous ces escarpins, votre douce, les achète uniquement pour votre bien. A bon entendeur !

Photo :  ma collection printemps été de souliers avec au premier plan,  les Alexander McQueen incriminés.

dimanche 25 juillet 2010

Candidature spontanée pour peau en détresse


Cher Dr. Brandt,

Actuellement détentrice d'une peau mixte à tendance grasse, je me permets aujourd'hui de vous adresser ma candidature – extrêmement motivée - à l'application continue de votre soin Pores no More anti-aging matifying lotion de Dr. Brandt.

En effet, forte d'une expérience de plus de 15 ans en matière de peau pourrie à imperfections, je peux aujourd'hui me prévaloir d'avoir la trentaine bien révolue. Riche de cette nouvelle expertise en vieillisement de la peau et autres pates d'oie naissantes, je peux offrir à votre maison un triple avantage : des pores apparents, une tendance à briller en société et des sillons accrus grâce à une très médiocre hygiène de vie.

De plus, je pense pouvoir mettre à votre contribution mon investissement et ma motivation à toute épreuve. Activiste de la beauté, maniaque de l'application pointilleuse, président honoraire du groupe de soutien à vocation caritative « sauvez vanity, son jules, ses souliers et sa peau bâtarde » (Association loi 1901, statuts publiés au J.O), je sais que vos soins auront, entre mes mains, toute l'attention qu'ils méritent.
Trilingue, pédagogue et à l'écoute (de mes besoins et un peu de ceux des autres), j'espère pouvoir vous compter parmi mes fournisseurs privilégiés.

En vous remerciant d'avance de votre réponse et en restant à votre disposition pour toute information complémentaire, je vous prie d'agréer l'expression de mes salutations distinguées.

Vanité(s) Case

Comment je vous avais pas dit que j'étais une killeuse de la lettre de motivation ? Attendons la réponse de ce cher Dr...

Les infos en plus :
Pores no More anti-aging matifying lotion de Dr. Brandt
Prix : 60 euros

mardi 29 juin 2010

Comment je suis devenue Lolo F...iat

85 A... Depuis que j'ai 12 ans, ma poitrine reste immuable, impassible, tragiquement plate... (tandis que les fesses, elles, continuent de pousser, évidemment). Mais aujourd'hui, ma vie a changé. De passage à l'aéroport de Rome, j'ai découvert, j'en suis sûre, le produit qui va changer ma vie et me transformer en bimbo opulente. J'ai nommé : la crème volumisante pour les seins de Pupa. Alors, je vous vois tout de suite venir : comment ai-je pu croire un seul instant à cette promesse presque mafieuse tant elle est malhonnête (gagnez une taille de soutien-gorge en 8 semaines) ?

1. Parce qu'elle est italienne et que même si on sait que les Italiens sont maitres dans l'art de manier l'hyperbole, on finit toujours par les croire (Oui, je suis la plus bella ragazza du monde, oui, je transpire d'intelligence, oui, oui, la drague à l'italienne, ca marche)
2. Parce que Jules a tout de suite été emballé :  "Quoi ? Faut l'étaler avec les mains ? J'peux le faire ? Y'a un deuxième effet Kiss Cool ?". A voir son sourire béat et son oeil de poupon qui découvre le monde, je ne pouvais donc que craquer...
3. Parce qu'au point où j'en suis, après 15 ans de croissance négative du tour de poitrine, tout faux espoir est bon à prendre.

Bref, de retour à la maison, je me suis empressée d'essayer ma nouvelle cure de choc. Bon, on est loin de l'effet Brrrrrrr (comprenez brune, ma copine aux gros seins) mais tout de même, la crème sent bon (légèrement poudrée), le massage est plus agréable que d'habitude et surtout, je ne perds pas espoir que le triple effet volumisant, tenseur et elasticisant (elasticizzante, dans le texte) ait un vague effet sur mon buste de madone. On se retrouve dans quelques semaines pour un avant / après. En attendant, voici l'avant (merci d'avance pour l'indulgence de vos commentaires !)


Les infos en plus :
Crème volumisante pour les seins, de Pupa
20,80 euros
http://www.pupa.it/

Photos : DR Vanité(s) Case

mercredi 9 juin 2010

Soins : un peu de fraîcheur, s'il vous plaît !


Ca y est, il fait presque beau et voilà ma peau qui me dit "arrêtes de me tartiner de toutes ces crèmes trop riches, j'étouffe" (elle n'a pas vraiment besoin de le verbaliser, elle a l'indécence de me le faire comprendre autrement, je vous passe les détails). Message reçu : il est temps pour moi de passer en mode beauté d'été et d'intégrer un peu de fraîcheur dans tous mes rituels matinaux. Et surtout de m'offrir quelques nouveaux petits plaisirs.

Et je dois dire que mes dernières découvertes en valent la chandelle. Panorama (non exhaustifs) de mes petits coups de coeur de l'été :

- Côté corps, le gel douche surgras Jardin aquatique de Klorane : un gel douche ultra-frais parfumé au nénuphar, au jasmin, à la bergamote et au melon. Rien que ça ! Moi qui ne suis pas fan des produits ultra-parfumés, j'ai été plutôt conquise par le sillon discret qu'il laisse sur la peau. Et pour ne pas gâcher le plaisir, il hydrate bien, très bien, mon (presque) petit corps.
Les infos en plus : gel douche surgras Jardin aquatique de Klorane, 4,49 euros, www.laboratoires-klorane.com

- Côté démaquillage, la gelée des lagons de Carita : je ne vous le cache pas, c'est mon gros coup de coeur de ces dernières semaines (et je ne dis pas ça en digne maniaque du démaquillage). Une noix de produit dans le creux de la main, une sensation de fraîcheur immédiate et surtout une peau impec, même au niveau des yeux pourtant fardés d'un mascara ultra waterproof. Et surtout, il hydrate la peau là où elle en a besoin (chez moi sur les joues) sans faire briller ma maudite zone T et ça, ça n'a pas de prix.
Les infos en plus : gelée des lagons de Carita, 31,80 euros, www.carita.fr

- Côté soin, le fluide matité pro-jeunesse Hydralife de Dior : Oh joie, oh félicité ! Voici venu un soin anti-âge qui se marie enfin à ma peau mixte. La texture est légère, la senteur se fond aussi discrètement que le produit dans l'épiderme. Mais surtout, surtout, j'en mais une noisette le matin, j'ai le teint frais, la fatigue s'efface et je ne brille pas jusqu'au soir... J'aurais attendu 30 ans (bon, un peu moins) mais finalement, j'aurais trouvé le soin d'été qui me va bien.
Les infos en plus : fluide matité pro-jeunesse Hydralife de Dior, 49,80 euros, www.dior.com

Photos : Vanit(é)s Case

lundi 7 juin 2010

Roll-on yeux vs. Roll-on yeux : vos verdicts

C'est simple, si vous ne l'avez pas remarqué, c'est que vous devez être (presque) aveugle. Ces derniers temps, toutes les marques y vont de leur roll-on yeux... Sans exception. Résultat, Vanité(s) Case mène l'enquête et a fait testé deux de ces produits phares à ses testeuses : le vibreur collagène yeux , de L'Oréal Paris et le All About Eyes Serum Roll-On Anti-poches Yeux, de Clinique.

- Elodie, 31 ans, a testé le vibreur collagène yeux, de L'Oréal Paris
+ Son verdict : "Ce nouveau produit de L’Oréal nous propose une révolution : régler en quelques minutes nos démons du matin : nos cernes, nos poches qui nous rappelle que la nuit a été trop courte et petit bonus : retarder l’apparition de nos rides. Accéder à ce presque nirvana, nécessite tout de même un peu de savoir faire : étape 1 : déposer des noisettes de crème sous les yeux, étape 2 : manipuler avec précaution l’embout vibreur par touches successives puis avec un mouvement linéaire, étape 3 faire pénétrer le reste de crème. Le résultat : un grand sourire chaque matin devant la glace en subissant toutes ses épreuves et des cernes qui semblent bien s’estomper. Reste à savoir quelle est la part dans tout ça de la bonne humeur suscitée par le nouveau produit et celle de L’Oréal…note

+ la note d'Elodie : 6/10
+ les infos en plus : Vibreur collagène yeux, L'Oréal Paris, 16,40 euros, www.loreal-paris.fr




- Véronique, 30 ans a testé le All About Eyes Serum Roll-On Anti-poches Yeux, de Clinique
+ Son verdict : "Les poches, les cernes, les yeux gonflés... c'est un peu ma spécialité. Du coup, quand Clinique propose de les effacer en un geste, je suis évidemment partante. Première utilisation, l'impression est bonne : le produit est facile à utiliser (tu débouches, tu roules, tu rebouches), il s'applique facilement, il a bonne odeur. Bref, rien à lui reprocher si ce n'est que le roll-on en métal est un peu froid et que du coup, je n'ai pas non plus envie de me jeter dessus le matin. Côté résultat, je  dois avouer que je suis assez satisfaite. J'utilise le All about eyes serum en parallèle de mon contour de l'oeil habituel. Lequel joue quel rôle, allez savoir. En tout cas, ce qui est sûr, c'est que j'ai moins l'air d'un panda !"

+ La note de Véronique : 7/10
+ Les infos en plus : All About Eyes Serum Roll-On Anti-poches Yeux, de Clinique, 30 euros, http://www.fr.clinique.com

Photos : L'Oréal Paris / Clinique / DR

mardi 1 juin 2010

Régime de tête, épisode 2



Je suis confuse, voilà 15 jours déjà que je vous ai parlé de mon régime psycho-diététique et je vous laisse sans retour... Je suis impardonnable. J'ai donc continué, au cours de ces semaines, ma thérapie alimentaire avec Muriel Servais. Le passage au cabinet est toujours aussi agréable : je vide mon sac de stress, je me sens mieux et en rentrant Jules se sent épargné (alors j'ai droit en plus à un bon petit plat, petit contre-effet régime mais grande satisfaction stomacchale)... Bref, je vois la vie en rose.

Sauf que voilà, cette semaine, le voyage de noce a pris fin. L'explication : nous sommes passées en phase d'attaque de mes habitudes alimentaires. Première étape : le bilan. Je fanfaronne en répondant aux 15 premières questions : « Mais bien sûr, j'ai une alimentation exemplaire faite uniquement de salades (de coca light et de café), de fruits et légumes (et de bonnes bouffes bien arrosées avec les copains). Je suis au top ». Je fais un peu moins ma fière en montant sur ma balance : « ah ouais, quand même : ils sortent d'où ces trois nouveaux kilos ? Votre balance, elle est pas dérèglée ? ». Et je me liquéfie au moment de l'examen médical / tripottage de culotte de cheval... Et ce malgré le message d'espoir que me lance Muriel "Vous savez au moins, la peau est bien souple. Chez certaines, la culotte de cheval est dure comme de la pierre et on ne peut presque rien faire !". Je suis censée être rassurée là ? En tout cas maintenant, j'en suis consciente : le chantier est en cours.


Et je ne suis pas au bout de mes surprises. Quand ma nouvelle gourou me dit qu'elle m'envoie ma cure par mail et qu'elle m'appelle en meme temps pour que je ne sois pas seule, j'ai presque envie de lui dire : « pas de problème poulette, je gère »... Sauf qu'en réalité, j'étais bien heureuse de l'avoir au bout du fil en ouvrant le doc Word censé changer ma ligne. Mmmh, les algues machin, c'est vraiment nécessaire ? Il est passé où le petit dej ? Aaaaaaaaaaah , c'est la ligne « fruits »... Et pourquoi y'a des graines germées partout et juste des courgettes à côté ? J'ai pas droit à un pauvre oeuf à la coque à un moment ? Non ? z'êtes sûre ? Bref, en un clic, le coup de foudre s'est éteint. Mais ça y est, la bataille du kilo en trop peut vraiment commencer... Enfin, la semaine prochaine hein, parce que là, j'ai soirée copines...

Et comme la dernière fois, je vous tiens au jus évidemment, mais en attendant, n'hésitez pas à jeter un petit coup d'oeil à son site http://www.cabinet-servais.net//.

Pour Infos :
En passant, Muriel Servais s'est aussi associée à l'Institut Maxam pour compléter de ses doux conseils leur offre Tuina Minceur... On ne saurait que la recommander !

Institut MAXAM
34 bis rue Vignon – 75009 Paris
T. 01 44 51 14 76 - http://www.maxam.cc/
Cure minceur (avec suivi diététique) – Prix : 1 490 euros

• 10 séances d'1h30 (30 min de sauna japonais + 1h de Tuina) sur 5 semaines
• 3 rendez-vous d'1h30 avec la « psycho-diététicienne® » Muriel Servais

lundi 31 mai 2010

Ingrid Millet : l'autre spa (in)hospitalier




Je ne sais pas pourquoi, cette nuit, j'en ai rêvé. Quand une petite voix divine m'a sussuré « Le spa Ingrid Millet, tu ne peux pas les laisser dans l'ombre », je me suis réveillée en nage, en me souvenant de ma première déconvenue parisienne dans l'univers du spa. Revenons quelques mois en arrière.
A l'époque, ma cadeau-box à la main, j'étais arrivée hésitante au spa de la rue Royale. L'excitation de la débutante : on ne m'y reprendra plus. Au détour d'une cours et de quelques floppées de marches, je me suis retrouvée dans ce spa très parisien... Et désespérément dénué de personnalité. C'est au moment de m'installer sur la table de massage que cela m'a frappé : cet endroit me rappel un hôpital (un peu chic, certes, mais hôpital quand même). Bravant tous mes préjugés, je décide de laisser sa chance au soin.

Au programme, un soin du visage sur-mesure et un enveloppement amincissant maison. Là, a priori, je dis oui, les enveloppements dans des cocons de soin, c'est mon truc. Première surprise, l'esthéticienne me sort une sorte de gelée rose... Sympa à première vue mais à l'application, je déchante aussi. Effet chewing-gum garanti d'autant plus que derrière j'ai droit un saucissonage au céllophane. Première étape du soin, deuxième déception : je suis prête à tout pour perdre du capiton mais faut-il vraiment avoir l'impression d'être un plat industriel en gelée pour ca ? Je ne suis pas convaincue.

Vient ensuite le soin du visage. Là, j'étais plutôt à fond parce qu'Ingrid Millet est quand même connu pour ses cosmétiques au caviar que l'on dit divin. Sauf que manque de bol, voilà que ma chère interlocutrice se penche sur mon doux minois pour me dire :

- Olala, votre peau, c'est un désastre, vous faites des soins de temps en temps
- Oui (mais je ne m'étendrai pas sur mes problèmes hormonaux du moment)
- Bon, le soin de la formule n'est pas vraiment adapté, mais je vous le fais quand même...

Et là mon sang n'a fait qu'un tour : ce n'est pas parce qu'on vient avec une formule box, qu'on en devient pour autant une sous-cliente. Je prends mon mal en patience sous mon masque qui, évidemment le lendemain m'a transformé en post-ado mais je bouillonne. Enfin, je bouillonne de froid, parce que pendant le quart d'heure de pose, je me retrouve tout de même en string jetable dans un appartement haussmanien mal chauffé (pas facile quand il y a quatre mètres sous plafond je sais, mais une couverture aurait été la bienvenue).Vous l'aurez bien compris, je suis sortie dépitée... Ingrid Millet m'a minée, je n'y mettrai plus les pieds.

Les infos en plus
Institut Ingrid Millet
9, rue Royale
75008 Paris
http://www.ingridmillet.com/fr/institute.php

Photo : Ingrid Millet / DR

dimanche 30 mai 2010

Le liberty dans tous mes états

Je vous parlais il y a quelques jours de l'importance d'accorder sa tenue à son maquillage... Enfin, j'essayais de l'expliquer à Jules. Mais comme le principal intéressé n'a pas semblé intégrer l'importance du message, je vous propose une petite sélection en images.





Alors, vous en pensez quoi ? J'ai pas raison de prendre mon temps dans la salle de bain ? Jules ?

Ma sélection du jour :
- Chemise Liberty The Koople, 110 euros, http://www.thekooples.com/
- Robe à plastron Liberty Monoprix, 34,05 euros, http://www.monoprix.com/
- Bijou à lèvres duo de Gloss Dior, 56,40 euros, http://beauty.dior.com/
- Palette Cotton Flowers de Clarins, 35,86 euros, http://fr.clarins.com/
- Fard crème Aqua Cream Make Up Forever, 19,90 euros, http://www.makeupforever.com/
- Eclat de Teint Rose Lumière By Terry, 37 euros, http://www.byterry.com/

Photos : Vanité(s) Case / DR

vendredi 21 mai 2010

Vous faites le match : poudre de soleil vs poudre de soleil

Ca y est, il fait beau, il fait chaud, on a envie de ressortir toutes ces tenues légères, sauf que voilà... Côté teint, ca ne suit pas (surtout quand vous êtes parisienne comme moi). Du coup, cette semaine, notre joyeuse petite communauté de testeuse se propose de tester pour vous deux poudres de soleil luxueuse comme il faut pour vous guider dans votre choix de maquillage bonne mine de l'été. Les verdicts d'Aurélie et de Stéphanie.


Aurélie, 28 ans, a testé la mythique Terra Cotta de Guerlain


+ Son verdict : "Avec mon teint lavabo, j’étais sans doute la personne toute indiquée pour tester une terracotta. J’étais donc pleine d’espoir en ouvrant la boîte de cette « poudre bronzante sur mesure » : finie la Twilight attitude ? En sortant la palette, glissée dans un écrin en feutrine tel un bijou, la pression monte : est-ce que ma main lourde et maladroite mérite un tel luxe ? Je panique un peu à l’ouverture de la palette quand je découvre qu’elle est composée de 4 tons différents. Aïe, je mets quelle couleur à quel endroit ? Je trouve, rassurée, la notice au fond de la boîte, m’en empare et, ô bonheur : tout est expliqué avec des mots simples ! ça a l’air super facile, mais avec moi rien n’est gagné, restons sur nos gardes.
Je fais donc tout comme c’est écrit sur le papier, je mets la couleur 1 puis la couleur 2 sur mes pommettes, menton, nez et front (si j’avais été moins visage pâle, j’aurais eu le droit de juxtaposer la 3 et la 4 aussi). L’application prend 1 minute et déjà ça, ça me plaît. Quant au résultat, il est parfait ! Un effet bonne mine d’un naturel absolument bluffant. Là c’est sûr, personne ne me demandera si j’ai passé la nuit dans une cabine UV !
Je suis vraiment conquise par la simplicité d’utilisation et l’effet naturel et discret de cette poudre. Je crois que je viens de trouver ma nouvelle meilleure amie.

+ Note 9/10
+ Les infos en plus : Terra Cotta 4 seasons de Guerlain, 49,90 euros, http://www.guerlain.com

Stéphanie, 30 ans, a testé la poudre Phyto-touches de Sisley

+ Son verdict : « En ouvrant ma boite aux lettres, j'ai eu le coup de foudre. Le Phytotouches de Sisley, au-delà de son joli boitier de doré à miroir intégré, vient avec un joli petit pinceau à teint type blaireau de rasage. Moi, qui adore le poil de l'homme, je suis évidemment tout de suite conquise. Mais ce n'est qu'à l'utilisation que je suis tombée amoureuse du produit. Une teinte claire pour unifier la peau très subtilement (mais avec une bonne couvrance pour mes petites imperfections), une teinte plus foncée pour travailler les paumettes au printemps et tout le visage en été.

C'est sûr, Sisley a tout compris. J'ai utilisé le produit jusqu'au dernier coup de pinceau, et dès le test fini, j'ai couru le racheter... Je pense que ca veut tout dire »

+ Sa note : 10/10
+ Les infos en plus : Phyto-touches Eclat de Sisley, 50 euros, http://www.sisley-cosmetics.com/

lundi 17 mai 2010

Séance de maquillage By Terry : Copie à revoir

Ca faisait un moment que cela me faisait fantasmer :  la boutique By Terry du premier arrondissement, haut concept store de la beauté parisienne, propose des séances de maquillage sur-mesure aux passantes qui ont une heure à perdre. Et quand on sait que Terry de Gunzberg, fondatrice de la maison, a été la patte beauté d'Yves Saint Laurent pendant des années, et ben, on ne peut que craquer... Enfin, je ne peux que craquer.

Je suis donc passée à la boutique au détour d'une pause à déjeuner à rallonge. Mon objectif en ce jour béni : mettre au défi les maquilleuses By Terry de me faire un maquillage nude (parce que quand même, c'est la saison ou jamais) ET de soirée (car quitte à se faire retoucher par des pros autant que ce soit visible). Claire, ma make-up artist du jour relève le défi haut la main me donnant au passage des précieux conseils sur ma peau ("mais non elle n'est pas aussi mixte que vous le pensez, juste un peu grassouillette"). En deux trois coups de pinceaux, je suis conquise : teint transparent, bouche simplement relevée de gloss et un oeil presque smoky relevé d'une jolie palette de gris. Je vous laisse juger le résultat par vous-même.



Sauf que voilà, àla gentillesse exemplaire de Claire est venue s'ajouter l'accueil polaire de la chef de boutique (et encore, je vous passe les détails sur son dédain tout parisien). Un regard en chien de faillance, une ou deux remarques acerbes à ma copine Magda venue là pour prendre 2-3 clichés... Bref, d'un moment qui aurait pu être d'une exceptionnelle délectation, on passe une heure de tension qu'Hitchcock lui-même n'aurait pas su penser (si, si, même dans Les Oiseaux). Je repars donc gelée et surtout un peu amère : à 80 euros l'heure de maquillage (pas un cours, juste une séance), la moindre des choses est qu'on se sente à l'aise, voire plus si affinité. Ici, il n'en est rien. Merci à Claire pour sa patience et son joli coup de main, mais pour nous voir revenir, il faudra changer de collègue. Qu'on se le tienne pour dit...


Les infos en plus :
Boutique By Terry
21 passage Véro-Dodat, 75001 PARIS
01 44 76 00 76

Séance de maquillage : 80 euros / 1 heure
http://byterry.fr/

Photos : Merci Magda ! / DR

vendredi 14 mai 2010

Le luxe expliqué à l'homme épisode 13 : on ne dit pas « t'avais vraiment besoin de te changer une 12ème fois », on dit « je vénère ton art de la coordination »



6h, jeudi matin.... Jules dort, la salle de bain est mon empire pendant encore une heure, je jette un dernier coup d'oeil à ma tenue soigneusement prévue la veille et j'entame mon maquillage. Camaïeu pastel de gris et de bleu, directement tiré de la palette printanière d'Yves Saint Laurent; bouche Nude signée Clarins. Une bonne vingtaine de minutes de travail, un sourire satisfait. Tout va bien, je gère....

Jusqu'au moment d'enfiler mes collants (car cette année, en mai, on ne fait pas ce qu'il nous plaît). Un ongle des pieds mal taillé, un accroc et c'est le drame ! Après avoir essayé les 20 autres paires qui trainent dans mon tiroir, un constat s'impose : je vais devoir renoncer à ma jupe crayon et à ma chemise à plastron ton sur ton... La mauvaise humeur s'installe mais pas de panique, j'ai la tenue de secours.

Boyfriend jean, chemise army kaki, soutien gorge bandeau en dentelle Princesse TamTam... J'ai trop la classe en néo militaire sexy.

7H10 : Jules émerge.
- Je peux prendre la salle de bain ?
- Pas moyen, tu vois bien qu'il faut que je me maquille.

A la mine dubitative du grizzli qui sort de sa tannière, je sens qu'un complément d'information est indispensable :

-  Ben oui, tu vois bien que le bleu là, sur mes yeux, ca va pas avec le kaki, là, de la chemise... » La mine dubitative devient déconfite. Je me vois donc obligée de renvoyer l'animal d'où il vient ou du moins derrière ses tartines et son café...

Un coup de démaquillant, une touche le L'Acqua Cream kaki de Make Up Forever (j'ai pas souvent l'occasion de l'utiliser alors autant ne pas passer à côté d'une si belle opportunité), un trait d'eyeliner et me voilà équipée... Reste plus qu'à sortrir ma veste militaire, et j'aurais trop la touche.

7H48. Les idées claires et repu de sa Ricorée, Jules (re)vient évidemment toujours au bon moment (sans pain ni croissant) et m'assène : « T'as vu qu'ils ont prévu des giboulés de mai ? Averses et grand froid, et tout, et tout. ».

On pourrait croire à une bonne intention, mais non, ce n'est rien d'autre qu'une grande entreprise de sabotage. Ma veste n'est pas imperméable et tous mes gilets sont au sale...

Sauf le bleu marine. Ah tiens, c'est vrai que ce gilet bleu marine à épaulettes froufrous, il va drôlement bien avec ma marinière et mon boyfriend jean pour un côté pêcheuse pécheresse.

Je peux prendre la salle de bain maintenant ?
Ben non, tu vois bien que le kaki va pas avec le bleu....

Sortie officielle prévue : 8H 32

L'enseignement à tirer de cette triste expérience ? Messieurs, au lieu de rouler les yeux devant la 312 eme tentative de coordination maquillage/tenue de votre douce, comprenez qu'il s'agit là d'une compétence que vous ne pourrez jamais acquérir. Alors plutôt que de condamner la futilité de votre douce, payez plutôt respect à ce que vous  ne serez jamais pas capables de faire : manière l'art du bon goût parfait.

Photo : Clinique / DR

mardi 11 mai 2010

Valmont, la déception...

Il y a des jours comme ça où la journée a été tellement longue et que le moral est tellement dans les chaussettes qu'on a juste besoin de s'offrir un petit luxe... Ca a été mon cas hier soir, et après avoir remué ciel et terre pour trouver, sans succès, le dernier carré de chocolat de la maison, je me suis faite une raison. Il était temps que je m'offre le doux plaisir de tester les masque générant yeux de Valmont.
Depuis trois semaines, la boîte tronait sur mon bureau sans trop que j'ose l'ouvrir, me disant qu'avec un tel trésor, il fallait attendre le bon moment. Et bien hier, c'était le bon moment et ca n'a pas raté... Enorme déception. Je m'explique : déjà côté utilisation, il faut en gros avoir un bac+12 pour s'en sortir. Sortir les petits masques, comprendre qu'ils sont censés adhérer tout seuls (bac +3), les imbiber de l'actif sans en mettre partout (bac+4, à cette étape déjà, c'en était fini pour moi), positionner les deux oeillères qui entre temps se sont recroquevillées dans tous les sens sur le contour de l'oeil et là si on n'a pas écrit une thèse, c'est foutu. Les masques glissent, se replient et une fois en position, ont tendance à couler un peu.

Après 20 minutes d'équilibre périllieux pour garder tout ce petit monde en place, j'ai enlèvé les masques et là encore, mauvaise surprise : ca pique. Alors évidemment, il faut appliquer le sérum apaisant, et là en effet, mon contour de l'oeil à tout de suite l'air lissé mais à quel prix. Complexes intellectuels, désagréments physqiues, stress : y'a un moment où mon contour de l'oeil vieillisant ne vaut pastous ces travers. Demain, je retourne à mes patchs Diadermine, qui eux, restent dans mes cordes...

Les infos en plus :
Eye Regenerating Mask de Valmont
http://www.evalmont.com/

dimanche 9 mai 2010

Fond de teint naturel vs Fond de teint bio

L'avantage avec le maquillage bio, c'est qu'il est devenu glamour. Plus besoin d'aller dans son magasin néo-bab du coin pour trouver un produit qui va nous plâtrer. Vous n'êtes pas convaincue ? Plongez-vous dans les verdicts d'Isabelle et Djouhra qui ont trouvé chaussure à leur pied avec les nouveaux fonds de teint naturels.

- Djouhra, 25 ans, a testé le fond de teint floral de Zuii Organic Cosmetics

+ Son verdict : "J'ai au début eu un peu d'appréhension à cause de la marque que je ne connaissais pas. Mais en le testant j'ai pu constater que le produit est d'une assez bonne qualité et la mention bio inspire tout de même confiance. La couleur est tout à fait naturelle sur la peau, un léger voile halé qui donne une très bonne mine me mettant de bonne humeur. Le fond de teint est toutefois très poudreux et peux tacher les vêtements, il faut faire attention de ne pas en mettre partout. Petit atout également pour moi, le produit n'a pas d'odeur désagréable et se démaquille facilement."

+ Sa note : 7/10

+ Les infos en plus : Fond de teint floral Zuii Organic Cosmetics, 24,50 euros, www.zuiiorganic.com/

- Isabelle, 23 ans, a testé le fond de teint accent lumière de Une

+ Son verdict : "C'est simple, quand j'ai reçu mon colis, je n'en pouvais plus. J'avais tellement entendu parler de Une avec ses campagnes de pub, etc. que je ne pouvais m'empêcher de vouloir mettre à l'épreuve leur crédo "d'être soi, en mieux, au naturel".

Et bien, malgré toute ma  bonne volonté, je n'ai pas réussi à trouver de défauts à ce produit. Le packaging est sobre, limite luxe alors que le produit est à petit prix (ma première impression était quand même 'tient, on dirait du Clinique'), l'application est hyper agréable, la tenue impec et l'odeur, très discrète, elle aussi au top. Moi, qui ait des petits problèmes de peau j'aurais peut-être aimé que ce fond de teint soit juste un peu plus couvrant, mais ça, c'est une question de goût personnel"

+ Sa note : 8/10

+ Les infos en plus : fond de teint accent lumière de Une, 22,90 euros, http://www.unebeauty.com/

Photos : Une et Zuii / DR

samedi 8 mai 2010

Chronique vidéo n°3 : Spécial maquillage d'été



Les infos en plus :
- Aquacream, MakeUp Forever, 19,90 euros, www.makeupforever.com
- Orgasm Illuminator Nars, 29 euros, http://www.narscosmetics.fr

Vidéo Vanité(s) Case / DR

jeudi 6 mai 2010

Régime de tête, régime de cuisse


Dans ma quête éternelle et jusqu'ici infructueuse de la cuisse ferme, j'ai décidé de me rendre à l'évidence. Si avec les 12 pots de crème anticellulite et les 412 heures de sport que j'ai fait cette année, je n'y suis pas arrivée, c'est que mon corps essaye de m'envoyer un autre message, genre « arrête de déc???er et rends toi à l'évidence poulette : tu prends le problème par le mauvais bout (de gras)». C'est du moins le constat que j'ai eu l'occasion de dresser la semaine dernière quand je suis arrivée au cabinet de psychodiététique de Muriel Servais. La psycho-diététique, késaco ? Les mauvaises langues diront un gourou minceur... Moi, j'y ai tout de suite vu le moyen de m'alléger le corps, mais surtout l'esprit.

Parce que mine de rien, on n'enfonce pas une porte ouverte quand on dit qu'il faut être bien dans sa tête avant d'être bien dans son corps. En attestent tous les régimes que je fais depuis des années (spécial citron, ananas, aliments violets, hyperprotéiné, en sachet et j'en passe) et qui n'ont jamais donné aucun résultat si ce n'est les crises faites à Jules, parce qu'il faut bien se défausser sur quelqu'un quand on est en manque de choco. Cette fois-ci, j'ai donc bizarrement commencé un régime... en continuant de manger. Parce qu'en vous asseillant dans le fauteuil douillet de Muriel Servais, il faut d'abord penser à soi avant de penser à son assiette. Ici, on ne parle pas carottes crues ou compléments alimentaires, mais bien sentiments et émotions.

Alors évidemment, ma première réaction s'est en gros résumée à « Comment je comprends pas ? Vous allez pas me dire que c'est parce que je bosse 12 heures par jour, stresse 15 heures par jour, hurle sur Jules 18 heures par jour, que je stocke eau et cellulite comme un petit tonneau normand ? », « Comment c'est parce que je suis une angoissée de la vie qui me mets une pression sans nom que je boulotte des kinder buenos - parce que c'est bueno – et que je prends du gras ? ». Et pourtant, après deux séances seulement et sans aucun régime, la méthode commence déjà à me convaincre. Alors évidemment, y'a pas de miracle, je n'ai pas perdu 12 kilos en 9 jours, mais au moins je suis consciente qu'il faut que je déglutisse un peu mes problèmes perso avant de m'acharner contre mon corps.... Et du coup, je me sens plus légère. Autant vous dire que pour le moment, chez Muriel Servais, je dégonfle. La semaine prochaine, on commencera enfin à parler nourriture et là, je compte bien maigrir.

Je vous tiens au jus évidemment, mais en attendant, n'hésitez pas à jeter un petit coup d'oeil à son site http://www.cabinet-servais.net/. Et à vite pour le prochain psycho-brief de la peau d'orange.

En passant, Muriel Servais s'est aussi associée à l'Institut Maxam pour compléter de ses doux conseils leur offre Tuina Minceur... On ne saurait que la recommander !

Les infos en plus :
Institut MAXAM
34 bis rue Vignon – 75009 Paris
T. 01 44 51 14 76 - www.maxam.cc

Cure minceur (avec suivi diététique) – Prix : 1 490 euros
• 10 séances d'1h30 (30 min de sauna japonais + 1h de Tuina) sur 5 semaines
• 3 rendez-vous d'1h30 avec la « psycho-diététicienne® » Muriel Servais
(dans son cabinet : 25, rue Paul Valéry - 75016 Paris)

mercredi 5 mai 2010

Six Senses : le spa trop beau pour être vrai ?



Depuis quelques semaines, à Paris, Six Senses, c'est un peu THE spa to be. Une adresse de rêve (compter 50 pas pour arriver à la Place Vendôme), un design ultra chic ET écolo mis au point par le designer Pierre David, et un protocole de soin ultra luxe testé aux quatre coins paradisiaques de la planète de la planète, des Bahamas aux Maldives...

Alors évidemment, j'ai un peu craqué et j'y suis allée. L'angoisse au ventre d'abord, un peu comme un premier jour au travail (est-ce que je vais faire l'affaire, est-ce que j'ai bien pensé à m'épiler les orteils avant de mettre mes chaussures ouvertes ?, etc.), l'excitation ensuite : j'avais pas connu ça depuis l'ouverture de Space Moutain à Eurodisney - pour vous dire mon grand âge. Et là, j'ai cedé sous la pression. Parce que chez Six Senses, le décor est si impresssionant et le service si millimétré qu'on a tout de même tendance à se demander si on est à la hauteur des lieux. Dès mon arrivée, ma petite voix de blonde m'a assaillie de questions : cette serviette aux agrumes, c'est juste pour les mains ? Serai-je sous-chic si je me la passe sur le visage ? Ce peignoir écolo en fibre de bambou biodégradable, je fais semblant de l'oublier dans mon sac à main en partant ou je laisse la nature faire son oeuvre ? Au Six Senses, on rêve et on se questionn. Peut-être trop ? En m'allongeant dans la cabine, j'ai essayé de me rassurer en me disant que les habituées de ce genre de Spalace doivent penser qu c'est le minimum syndical du service... Mais bon, difficile de décrocher quand même.

Et mon réconfort,je l'ai trouvé dans le luxe ultime du soin. Ma technique pour le savoir immédiatement ? Si on a pensé à mettre sous le trou de la table à masser un arrangement floral, juste au cas où il vous arriverait d'ouvrir les yeux dans votre moment de pure félicité, c'est que vous êtes dans un endroit exceptionnel. Et ca n'a pas raté, au Six Senses même le bac à pieds avait son arrangement floral. La classe, je vous dit... Et la pression aussi. Parce que dans un endroit aussi beau, je n'ai pas pu m'empêcher de penser que ma petite corne de pieds et ma cellulite ne vont pas tout à fait avec le décor. Mais le temps du Voyage Revitalisant, j'ai fini par faire le deuil de mes imperfections et laisser la magie opérer. Un gommage des pieds absolument divin ornus, un massage intégral du corps, un soin d(ca tombe bien, adieu petite corne), un soin visage sur-mesure, et un massage intégral, le tout sous une couverture de 10 cms d'épaisseur, juste parce que j'avais eu un petit frisson inopportun. Le soin était parfait, l'ambiance et le décor irréprochables... Bref, le Six Senses de la rue de Castiglione c'est tout simplement le paradis sur Terre, à condition de bien vouloir s'y laisser chouchouter.

Les infos en plus :
Six Senses Spa
3 Rue de Castiglione, 75001, Paris
Tel: +33 (0) 1 43 16 10 10
www.sixsenses.com

Photo : Six Senses

lundi 3 mai 2010

Conseil aux hommes n°5 : Comment bien cracher sur le luxe ?

En tant que représentant autoproclamé de la caste des geeks de début de l’ère informatique grand public ou presque, je ne peux m’empêcher d’avoir le poil (fourni et doux, surtout sur les épaules) qui se dresse lorsque je vois certaines récupérations d’une partie de ma culture, de notre culture.

La chose me glace d’autant plus le sang lorsque la récupération se situe dans le domaine du luxe. Pensez à ceci : lorsque le luxe reprend les éléments de la culture geek, ce sont toutes les jeunes filles qui nous snobaient dans la cour de récré qui s’esbaudissent maintenant sur le détournement de nos codes… Un petit décryptage des dernières insultes lancées à la face des honorables geeks comme une fiente de mouette propulsée sur une permanente.

1 . Devine ce que j’ai autour du cou ? Un pendentif moche ?
- « Regarde mon chéri, c’est trop cool ces petits monstres Cristofle !
- Bien sûr que c’est « cool », ça s’appelle Space Invaders, c’est le début des Shoot’em Up ! Ca se respecte. NON, Ca ne se met pas autour du cou comme une dent de requin ! »

2. Le ridicule ne tue pas… malheureusement
-  Mon chéri, regarde ! Giles Deacon qui rend hommage au truc jaune qui roulait après les pastilles avec les fantômes et tout !
- Mon amour, ma mémoire vive, ma Jean Grey… Ca s’appelle Pac Man, c’est aussi un jeu mythique. En revanche, ces casques conceptuels portés par des anorexiques c’est un peu comme les chaussettes de sport dans les Sebago : c’est un appel à l’euthanasie forcée.

3. Viens chez Colette, je te mets ta raclée… sauf si tu prends Blanka
-  Mon chéri ! On va au Water Bar, on pourra faire un jeu de Stick Freighter.
- Ma Chun-Li, mon petit joypad, il ne s’agit pas de transport de baguettes mais de combats de rue : Street Fighter. C’est un jeu culte qui fait que beaucoup de personnes de nos âges ont négligé le collège. Et tu sais, payer 5€ pour jouer à un truc vieux d’il y a plus de 15 ans au milieu de péteux qui trouvent cela très in d’aduler ce qu’ils ont conchié pendant des années, ça me tente autant qu’une soirée avec tes cop… non, non rien mon cœur, j’ai rien dit et je t’aime ma geekette, LOL.

Au final, le geek, c’est chic, mais quand c’est récupéré par des pontes de la tendance, c’est aussi digeste qu’une moule marinière pas fraîche.

Photos : Pendentif Cristofle / DR, Défilé Giles Deacon PE 2010 / DR

vendredi 30 avril 2010

Chronique vidéo n°2 : choisir sa crème solaire



PS : Vanité(s) Case vous prie de bien l'excuser pour le bruit de fond... Le bateau avait rendez-vous avec une autre île paradisiaque.

Vidéo : DR Vanit(és) Case

jeudi 29 avril 2010

Le luxe expliqué à l'homme episode 12 : On ne dit pas « ca coûte le même prix que ma mère », on dit « J'admire tes actifs haute technologie »



Ca y est, j'ai enfin osé... Hier soir, j'ai allumé un cierge, j'ai enfilé ma plus belle robe, j'ai chaussé mes Louboutin, j'ai pris une grande respiration et doucement dans la pénombre, je l'ai effeuillé, lui ôtant une à une ses couches inoppportunes... Ambiance tamisée, silence religieux, concentration absolue : je viens enfin d'ouvrir mon Supremÿa de Sisley.

Entre Jules, qui manque de m'aveugler en allumant le néon de la salle de bain, et me crie :
- « Tu crois pas que t'arriverais à mieux osculter tes rides à la lumière ? »
- « Mécréant, agenouille-toi devant le soin divin, rejoins la communauté vénératrice du phyto-complexe LC12, plies-toi devant l'éternelle jeunesse ! »
- « Quoi ? Encore une crème ? T'éxagères, t'en as déjà 232... Tu crois vraiment que c'était la peine d'en ouvrir une nouvelle et continuer d'envahir ma partie de l'étagère ? »
- « Impie, comment oses-tu tant de condescendance devant la crème de la crème, l'Olympe des soins, le nirvana des actifs vendu pour la maudique somme de ... euros ! »

Mon sort en était jeté, le sang de Jules n'a fait qu'un tour. « Comment «...» euros ? On vendrait ma mère que ça couterait moins cher ! »

Tout comme Jules, je vous imagine déjà, Messieurs, vous lamentant sur le nombre de bédés ou de cartes Magic, de lunettes 3D ou d'étiquettes Panini que vous auriez pu vous procurer si vous aviez su revendre à temps cette petite merveille sur ebay. Mais sachez Messieurs, que votre bévue sera la source de félicité ultime de votre douce. Car derrière cette étiquette finalement anodine se cache un trésor de bonheur.

Des années de recherches, des actifs ultra-pointus, un packaging parfait et surtout, le sentiment d'appartenance à une communauté supérieure qui aurait trouvé la formule exacte de la jeunesse éternelle. Oui, au-delà de sa texture parfaite et de ses résultats avérés (la ride disparaît, la peau se pare d'un nouvel éclat), Supremÿa est avant tout, pour une femme, le flambeau vers l'Olympe de la beauty addiction, la garantie d'une nouvelle vie où le rituel de soin est une révérence quotidienne à soi, une preuve de respect que l'on s'offre chaque soir avant de se coucher.

Alors Messieurs, au lieu de grommeler sur la nouvelle perceuse électrique à triple têtes motrices amovibles que vous n'avez pas eu ou à ces arriérés d'impot qui de toute façon sont en retard, dites-vous plutôt que du haut de ces quelques centimètres et de ces quelques 400 petits euros, ce soin à offert à votre aimée, une raison d'être enfin en paix avec son reflet.

Les infos plus :
Supremÿa Grand soin de nuit, de Sisley
450 euros
http://www.supremya.com/

Photo : Vanité(s) Case / DR

mardi 27 avril 2010

Crème minceur à petit prix vs. Crème minceur... à petit prix

En matière de crèmes anti-cellulite, difficile de savoir où donner de la tête tant le choix est devenu... pléthorique. Bref, la petite communauté de Vanité(s) Case a décidé de se mettre en quatre pour tester pour vous quelques uns des soins minceur de la saison, question de vous aider à faire votre choix. Aujourd'hui, Audrey et Emma vous livrent leurs impressions.

+ Audrey, 32 ans, a testé le PerfectSim Lifting Pro de L'Oréal, système anti-cellulite anti-relâchement
- Son verdict : "Apprendre à manier le malaxeur n'est pas un geste instinctif, au début, quelques grimaces de douleur et fous-rire (notamment si votre homme passe par-là) sont à prévoir.
Pour ma part, j'ai décidé de le faire le soir, avant de me coucher. Le malaxeur laisse la peau rouge (forcément puisqu'il fait circuler le sang). Ca n'est pas plus douloureux que ça, mais il faut vraiment avoir le coup dans le geste. Pour les mollets, les cuisses et les fesses, sans problème, par contre, moi qui aie du ventre, ça n'a pas été pratique, ni plaisant. je me suis donc concentrée sur le bas du corps. L'application de la crème est quant à elle simple, rafraîchissante après l'action active du malaxeur. Bref, un moment de soin, de calme où je m'occupe de moi chaque soir. Un bon point et une bonne habitude à prendre.

Côtés texture et odeur, je suis plutôt satisfaite : la crème a un parfum frais, très sympathique, et pas écoeurant; elle est fluide et ne colle pas. Quant aux résultats, je n'ai pas mesurer mon tour de cuisse au préalable, mais j'ai constaté que le soin laisse la peau très très douce et qu'elle est visiblement retendue. C'est agréable."
- La note d'Audrey : 8/10
- Les infos en plus : PerfectSim Lifting Pro de L'Oréal, système anti-cellulite anti-relâchement, 18, 40 euros, http://www.loreal.fr


+ Emma a testé le Gel crème minceur café vert de Yves Rocher
- Son verdict
: "j'ai été très agréablement surprise par cette crème minceur, même si au début, j'ai vraiment eu du mal avec la texture, bien trop liquide et avec le flacon, pas évident à utiliser (ça coule pas mal du "robinet" et puis pour bien finir le produit, j'ai du l'ouvrir et racler avec une spatule). Mais j'ai fini par m'y faire d'autant que les résultats sont là. En effet, j'ai testé le produit essentiellement sur le ventre et les hanches, parties qui à mon sens en avait le plus besoin. J'ai notamment une brioche assez flagada.

Au bout de quelques jours ma peau était déjà plus souple et douce et à la fin du flacon (soit 20 jours), j'ai eu l'agréable surprise de me rendre compte que j'avais perdu 3cm de tour de taille.
Je suis donc ravie-ravie, tout simplement"
- La note d'Emma : 9/10
- Les infos en plus : Gel-crème Minceur Café Vert de Yves Rocher, 29 euros, http://www.yves-rocher.com/

Photo : L'Oréal et Yves Rocher / DR

lundi 26 avril 2010

Le repentir de la mule


J'ai été une vraie bourrique... Pendant des mois, je me suis convaincue que tout ce qui provenait du règne animal ne pouvait pas être bon pour moi. Alors évidemment, ca pourrait être la végétarienne forcenée qui vit en moi depuis plus de 10 ans qui parle mais non, je dois avouer que mes raisons étaient bien plus pragmatiques : pour moi, les cosmétiques animaliers, c'était un peu réservé aux néo-babas qui arpentent les salons alternatifs en quête d'un spécialiste de l'hypnose ericksonienne ou d'un sophrologue tantrique... Autant dire que le soin à base de bave de sangsue ou de lait de jument encapsulée, c'était très peu pour moi.

Et puis, il y a eu ce passage miraculeux au Hammam les Cents Ciels la semaine dernière et là, j'ai eu comme une révélation : et si le lait d'ânesse, ce n'était pas que pour les babayagas de la cosmétiques... Et si, tout simplement, c'était cool ?

Je me suis donc empressée de me procurer le lait pour le corps de la petite marque qui ne cesse de grimper, à savoir Calinesse, et là, je n'ai pu que commencer mon long chemin vers la rédemption. Mea culpa, mea grandissima culpa : le lait d'ânesse, ce n'est pas out, ce n'est pas cool, c'est tout simplement génial. En l'occurrence, le soin Calinesse en jette côté packaging (et n'allez pas me dire que vous seriez tentée par un produit dans un écrin cracra, ca ne prendra pas), mais surtout il est totalement miraculeux à l'utilisation. Le lait est fluide comme il faut, il pénètre juste assez rapidement dans la peau pour qu'on se rappelle que c'est aussi plaisant de mettre la main à la pâte et il laisse un sillon aussi doux qu'hydratant sur un épiderme qui n'en finit pas de sourire tellement il ne tire plus. Alors, les experts en la matière vous diront en plus qu'il est truffé de vitamines A, B, E et autres produits miraculeux.... Et bien moi,je n'ai qu'un mot à ajouter pour conclure : je mérite le bonnet d'âne du manque de saine curiosité beauté. On ne m'y reprendra plus ! Plus jamais je ne ferai ma tête de mule...

Les infos en plus :
Lait corps au lait d'ânesse, Câlinesse, 42,50 euros, www.calinesse.com

Photo : Câlinesse DR

dimanche 25 avril 2010

Chronique vidéo : se préparer au soleil




Les infos en plus :
- Aromessence solaire de Decléor, 43 euros, http://www.decleor.fr/
- Huile Sublime Phytobronz des laboratoires Arkopharma : 7,90 euros, http://www.arkopharma.fr/

jeudi 22 avril 2010

Les Cents Ciels : un petit tour au paradis


Coincé entre une sandwicherie et un vendeur de pneus boulognais, voici un spa qui surprend : le Hammam les Cents Ciels. Qui surprend par sa superficie d'abord : plus de 1000 m2 qui ont a peine pignon sur rue le tout dans une ambiance orientale parfatement mise en scène et une ambiance zen qui n'a rien à envier aux plus grands temples du massage.

Qui surprend ensuite, par ces soins absolument divins. Car autant vous annoncer tout de suite la couleur : les Cents Ciels est simplement le meilleur spa parisien que j'ai eu l'occasion de tester, rien que ça (pour le moment en tout cas). Il faut dire qu'ici, tout est soigneusement étudié, du verre de thé à la menthe qu'on vous offre à l'arrivée aux pétales de roses qui ornent la table de massaage. Déjà vu me direz-vous ? Et bien pas tant que ça. A l'heure où les grands spas parisiens vous accueillent avec un verre d'eau, un gobelet en plastique et une liste d'accueil longue comme le bras, les 100 Ciels fait office d'outsider, parce que lui, propose vraiment de nous décrotter de notre quotidien.

Et le soin "voie lactée plus" dans lequel je me suis prélassée n'a fait que confirmer cette intution. Le lait d'annesse est décliné à toutes les sauces et sous toutes ces formes pour un grand moment de félicité. On le retrouve d'abord pendant le gommage intégral du corps, vigoureux et doux à la fois, durant lequel on a l'impression de s'alléger d'un kilo de peaux mortes. On le retrouve ensuite dans le bain bouillonnant / à jet / à chromothérapie dans un elixir secret où il rencontre huile d'argan, de jojoba et des huiles essentielles en tout genres pour créer un cocon de volupté absolu. On le retrouve enfin dans le masque gourmand que l'on garde jusqu'à engloutissement quasi-total par nos pores en mal de nutrition. Bref, moi qui était une grande sceptique du lait d'ânesse (quoi, et pourquoi pas de la vache, tant qu'on y est ?), autant vous dire que j'ai rapidement virée ma cutille (on en reparle rapidement).

A comme les bonnes choses n'ont pas toujours une fin, après une demi-heure de gommage et un bain à se damner, vient un massage de 55 minutes, simplement exceptionnel (et là encore, je pèse mes mots). Parce qu'ici, on ne vous tripote pas du bout des doigts un peu dégoutée.. Non, on vous enduit abondamment d'huile chaude avant de vous masser des pieds au sommet du crâne avec les mains, les avant-bras et parfois tout le poids du corps. Autant dire que Véronique n'a fait qu'un tour de mon dos noué depuis des semaines. Ajoutez à cela la gentillesse extraordinaire du personnel et vous vous retrouverez sans aucun doute dans le même état que moi en sortant : shootée, dopée, heureuse, sur un petit nuage, le tout sans être passé par aucune substance illicite. Je vous le dis simplement : « Allez-y ! »

Les infos en plus :
Rituel Voie Lactée Plus
2h30
Gommage, bain, masque, massage du cuir chevelu + 55 minutes de massage
180 euros

Hammam les Cents Ciels
45 bis, avenue Edouard Vaillant
Boulogne-Billancourt
http://www.hammam-lescentciels.com

Photo : Les Cents Ciels DR

mardi 20 avril 2010

Crème de nuit vs Crème de nuit, le tout au naturel

Au rayon des crèmes de nuit naturelles ou bio, on manque parfois un peu de glamour... Nadia et Morgane ont testé deux soins de nuits censés être aussi in que respectueux de notre peau. Leurs verdicts, plutôt convaincus cette semaine.


- Nadia, la jolie trentaine, a testé la nouvelle gamme bio de Monoprix et en particulier le Soin de nuit nourrissant au Beurre de Karité
+ Son verdict : « C’est du Monoprix et ça se voit : un packaging très sympa, coloré et fleuri qui met du soleil dans votre salle de bain. Côté texture, La crème de nuit Monoprix bio est vraiment très agréable, hydratante mais non grasse, qui pénètre rapidement la peau. Attention cependant à éviter le contour des yeux, sinon gare aux sensations de chaleur.... Pas très agréable mais pas douloureux !  L'odeur, quant à elle, est presque neutre, naturelle et ne persiste pas. J'apprécie, surtout pour une crème de nuit. Pour ce qui est des effets, je n’ai pas réellement observé de différence en 15 jours d’utilisation. Ma peau n’est pas plus souple, ni plus grasse, donc pas pire, pas mieux, mais au moins elle est correctement hydratée.
Autre hic : je suis une feignasse pour les soins du visages. En gros j’utilise des lingettes démaquillantes et une crème hydratante (la même matin et soir). Et c’est tout.... Ce soin de nuit élargit donc ma gamme de produits et comme il ne s'adapte pas au contour de l'oeil, c'est encore un soin supplémentaire à prévoir. Ce qui commence à faire trop de crèmes différentes pour moi ! »
+ La note de Nadia : 7/ 10
+ les infos en plus : soin de nuit Monoprix bio, 5,99 euros, http://www.monoprix.fr/


- Morgane, belle et dans la fleur de l'âge, a testé Effiderm, traitement anti-age lift intense, des laboratoires Ineldea
+ Son verdict : « Sans paraben, sans colorant, capable d’activer la régénération cellulaire ou encore de réduire rides et ridules, telles sont les promesses de cette nouvelle crème de nuit. C’est sans grand espoir, mais toujours en quête d’hydratation et de confort cutané que j’ai tenté l’expérience. En pressant le gros flacon pompe c’est d’abord la couleur de la crème que j’ai trouvée époustouflante : un vrai jaune canari. Surprenant pour une crème sans colorant. L’application est ensuite très agréable, texture parfaitement dosée, pénétration instantanée. Le confort dure toute la journée - parce que le concept de la crème de nuit est encore un concept étranger pour moi et que vous l’aurez compris je l’utilise le jour, les conseils d’utilisation précisent d’ailleurs cette possibilité. Détail essentiel pour les femmes dont le maquillage quotidien se limite comme moi à une couche de mascara, la couleur jaune de la crème produit en plus un effet bonne mine immédiat. En conclusion, une grande satisfaction, un réel plaisir à l’application et une hydratation qui se maintient tout au long de la journée. »
+ Note : 8/10
+ les infos en plus : Effiderm traitement anti-age lift intense laboratoires Ineldea, 43,99 euros, http://www.ineldea.com/v2/laboratoire/

dimanche 18 avril 2010

Mon coming-out...

Je me suis suprise, l'autre soir en rentrant du bureau, à être d'humeur philosophe... Oui, oui, me voilà, accrochée à mon voisin de la ligne 4 (faute de pouvoir attraper la barre de métro la plus proche) et soudain la question fatidique est apparue dans un coin de mon esprit : "Mais qu'est-ce qui fait qu'on est belle ?". A votre serviteur de se répondre à soi-même : "et ben d'être en phase avec qui tu es poulette". Et là, j'ai eu comme un éclair de lucidité : il est temps d'assumer qui je suis vraiment à la face du monde, de plus me cacher derrière des simulacres de féminité. Non, aujourd'hui, je me dois de faire mon coming out et de vous avouer la vérité.

Voilà, moi, Vanity, je suis une grosse geek.

Bon alors, évidemment, il y avait des signes particulièrement alarmants face auxquels je n'ai pas voulu me rendre à l'évidence : je parle html, je régénère des caches, je fais des varnish, et ce tous les jours. Mais bon, c'est mon travail... Puis, je rentre à la maison en demandant à Jules s'il a lu la dernière note de Boulet, s'il a reçu son exemplaire du Canard PC (1) et si on regarde Iron Man, Hell Boy ou plutôt TBBT (2), mais là encore, je suis dans le déni total. En partant en vacances aussi, j'ai manqué d'avoir un élan de lucidité quand je me suis retrouvée à faire une danse de la victoire après avoir fait sauter le high score de tout l'avion à Tétris (merci le A380, ses écrans individuels, ses 12 heures de vol)...

Non, il a fallu attendre une battle sur Facebook avec mon amie virtuelle Sarah (qui tient un excellent blog mode, Pretty Woman, à visiter impérativement) pour que le constat me frappe de plein fouet : quand on clôt un débat en affirmant "mon geek est tellement geek que c'est moi qui fais les blagues sur green lantern", c'est qu'on est soi-même sérieusement atteinte. J'ai donc ouvert les yeux sur la vraie moi : initiée aux superhéros, calée en trucs bizarres de mise en ligne, et prête à jouer l'elfette dans un GN (3) si ca peut m'ouvrir les portes du spa Guerlain.

Et forte de cette nouvelle identité qui devrait me rendre belle, j'ai donc décidé de militer pour ma différence telle une néo Black Panther qui aurait tournée pâle après avoir passée trop de temps derrière son écran. Ma prise de position incroyablement contestataire : j'ai foncé chez Uniqlo pour nous acheter à Jules et moi, des tee-shirts de superhéros (alors certes, c'est un peu über-branché mais tout de même, c'est un grand signe de rébellion), j'ai chaussé mes Louboutin, je me suis aspergée de N°5 et j'ai scandé très haut (et je continue d'ailleurs) : qu'on ne vienne pas me dire qu'on ne peut pas être geek et féminine (comprendre monomaniaque et superficielle) ou comme le dirait Jules : "on peut être féminine et poutrer du zombie". La preuve, en images... Merci d'avance pour vos messages de soutien et vos signes d'empathie.






Et si ca vous intéresse... V : tee-shirt Uniqlo, Jupe crayon Mango, escarpins Louboutin, lunettes Monoprix.Jules : Costume De Fursac, Tee-shirt Virgin, lunettes Ray Ban et Canard PC...

(1) L'hebdo jeux vidéos des geeks branchés
(2) The Big Bang Theory
(3) Jeu de rôle grandeur nature, mais je vous rassure ca n'ira jamais jusque là.

Photos : DR Vanités Case

mercredi 14 avril 2010

Opération Emmanuelle : ma bouche de pulpeuse




- "'T'es sûr ? Tu vois pas la différence ? Je t'assure, elle a rétréci..."
- "Mais non, mais d'où ça sort ça : tu crois pas qu'après avoir complexé sur tes fesses, tes genoux, tes mollets, tes seins, ton ventre, tes oreilles, tu pourrais peut-être nous épargner ta bouche ?"
- "Mais non, je te jure, depuis 32 jours environ, elle fond comme glace italienne au soleil de la Costa Brava"
-"Mais tu sais que si tu veux des lèvres à la Emmanuelle Béart, je peux te passer un petit coup de piment dessus, hein, c'est rapide, c'est pas cher et ça me permet de respirer un peu..."

Evidemment, je ne pouvais pas m'attendre à ce que Jules comprenne... Mais je vous assure, je les ai à l'oeil, je les scrute sans merci et je ne peux faire qu'un constat affligeant mes lèvres sont bel et bien en train de se faire la malle. Et autant dire que s'il y a un endroit où je n'ai pas besoin de perdre du volume, c'est bien là.

J'ai donc mis au point, depuis quelques jours, un programme commando connu sous le nom de code d'"Opération Manu" (avez-vous déjà remarqué que toutes les Emmanuelle ont des bouches à damner le curé de la paroisse ?), qui se résume en trois étapes simples :

- Manger dans les troquets indiens de la Gare du Nord aussi souvent que possible. Question ligne, on y reviendra mais il y a des moments dans la vie où il faut faire un choix : avoir les lèvres en feu sous l'effet du masala et séduire l'homme printanier ou manger Picard et... manger Picard.




- Gommer une fois par semaine : j'ai mis du temps à le comprendre mais les lèvres aussi amassent les peaux mortes et vu les tours que me jouent mon corps depuis que j'ai dépassé les 30 ans, pas question de laisser une chance à la nature. J'avais adopté, il y a quelque temps de celà au soin spécifique de La Colline, mais n'ayant jamais réussi à remettre la main dessus, je suis passée à l'exfoliant lèvres de Smashbox. Un gommage doux au sucre et au pavot légèrement mentholée qu'on peut en plus laisser reposer en masque pour hydrater en profondeur. Je suis séduite, ma bouche me félicite.


- Tricher à longueur de journée : car j'ai découvert (hier seulement mais c'est déjà un coup de coeur), un véritable petit produit miracle, le Perfect Pout de SkinDoctor. Ce sérum se présente comme un gloss et on s'en tartine abondamment les lèvres dès qu'on se sent l'envie de faire la moue. Le produit picote quelques instants et paf, miraculeusement (enfin, en réactivant la microcirculation), on se retrouve avec une bouche digne des plus grandes héroines des films de Jeackin. Bref, autant vous dire que l'essayer c'est l'adopter.

Et parce que je sais que vous êtes pleine d'empathie pour mon contour des lèvres, je vous propose un bon plan : découvrez tous les produits Skin Doctor et plein d'autres jolies marques sur le site www.thebeautylounge.com et bénéficiez de 20 % de réduction sur tous vos achats avec le code magique VANITE20. Top c'est parti pour de jolies folies jusqu'au 15 mai. Et dites m'en des nouvelles s'il vous plait !


Les infos en plus :
- Exfoliant lèvres de Smashbox, 19 euros, en vente chez Séphora, http://www.smashbox.com/
- Perfect Pout de SkinDoctors, 29,90 euros, http://www.skindoctors.com.au/